fbpx
Trois aspects fondamentaux de la connaissance de soi
Trois aspects fondamentaux de la connaissance de soi
12 September, 2021
Un voyage
La Loi du Destin
16 November, 2021

Un message à la conscience

Les contes classiques

Au cours des siècles, les êtres humains inspirés par leur Être ont voulu exprimer cet état intérieur de diverses manières. C’est ainsi qu’ils ont pu livrer à l’humanité un message pour la conscience sous forme de symboles et d’allégories, soit au travers de la littérature, soit au travers de la musique, de la sculpture, de la peinture, ou de l’architecture.

Ainsi, nous trouvons les contes pour enfants. Ces contes contiennent les principes éternels de la sagesse ; ces derniers sont introduits par leurs auteurs pour qu’enfants et adultes s’imprègnent de cette sagesse d’une manière didactique et agréable.

Ces principes éternels sont les mêmes que ceux qu’on trouve dans les livres sacrés de toutes les cultures et ils sont la base de toutes les Écoles de Mystères : Sagesse Mystique de l’Egypte, Eleusis en Grèce, Druides de la Gaule Antique, Gnostiques Chrétiens des Catacombes, Alchimistes du Moyen Âge, Ordres Ésotériques de la Renaissance, Loges Maçonniques au temps de la Philosophie des Lumières, etc.

C’est ainsi que la sagesse voilée a été transmise, au moyen de signes et symboles exprimés de différentes manières, pour que le disciple souhaitant les interpréter en comprenne la grandeur.

« Pour s’instruire et apprendre, il n’est jamais trop tard. » Carlos Collodi. Les aventures de Pinocchio

 

La marionnette qui aspirait à être un enfant pour de vrai

Parmi les contes les plus classiques transmettant des messages profonds à la conscience, nous avons le fabuleux roman écrit par le franc-maçon Carlos Collodi, « Les Aventures de Pinocchio ». Ce conte tisse de multiples parallèles entre l’infortunée marionnette de bois et l’être humain. Le personnage de ce conte, en quête d’aventures, ignore la voix de sa conscience (le grillon qui parle). Il désobéit à son père (son Être interne) et ment à la fillette couleur turquoise à la longue chevelure (la Fée Bleue, représentant l’éternel féminin) ; il refuse d’aller à l’école (de mystères) et d’être instruit.

« La conscience est la petite voix que les gens n’entendent pas. » Carlos Collodi. Les aventures de Pinocchio.

La marionnette commet de terribles erreurs, et à cause de sa maladresse, elle réussit à ce que son père soit envoyé en prison (symbole de notre Être enfermé à cause de nos erreurs). Elle se laisse entraîner également par des influences malsaines (passions égoïstes) qui l’amènent à devenir bestiale (transformation en âne). Pourtant, son Père continue à la chercher et à l’attendre. Pour cette raison, sa Mère Magique, « la Fée Bleue », lui redonne une autre opportunité. C’est alors que la marionnette retrouve son Père à l’intérieur d’une baleine (la sagesse, les ténèbres qui précèdent la lumière). Après un repentir sincère, elle travaille à améliorer sa relation avec son Père, jusqu’à devenir finalement un enfant pour de vrai.

“L’ANIMAL INTELLECTUEL est une machine, mais une machine très spéciale. Si cette machine arrive à comprendre qu’elle est MACHINE, si elle est bien conduite et si les circonstances le permettent, elle peut cesser d’être machine et devenir HOMME.” Samael Aun Weor. Éducation fondamentale.

On atteint le chemin correct au moyen de la connaissance et de la sagesse. Ce qui fut d’abord bûche de bois puis marionnette, est finalement devenu une personne réelle, après avoir surmonté les épreuves qui lui furent présentées. Ainsi, à travers l’histoire de Pinocchio Collodi présente une allégorie de ce qu’est la formation d’une personne, formation fondée sur l’honneur, la vérité et la vertu.

 

Le sommeil de la conscience : métaphore de la jeune fille endormie

métaphore de la jeune fille endormie

Un autre conte parmi les plus classiques et les plus connus est celui de la Belle au Bois Dormant. Tels les récits mythologiques et les paraboles bibliques, racontés de manière symbolique afin de toucher directement la conscience, les différentes versions de ce classique (Giambattista Basile, Charles Perrault et les frères Jacob et Wilhelm Grimm) sont racontées de la même manière. Elles tirent de la tradition orale le récit d’une jeune fille, belle et incomparable qui, atteignant l’âge de la passion (quinze ans), tombe sous le charme d’une sorcière (l’ego). Celle-ci, voulant la blesser à mort, parvient seulement à l’endormir pour 100 ans. (On ne peut pas tuer la conscience, mais oui, on peut l’endormir).

Toutes les versions de ce conte coïncident en ce qu’une piqûre ou douleur intense est à l’origine du sommeil maléfique. Cette douleur intense n’est autre que l’énergie sexuelle qui, au travers d’impulsions, entre en activité, générant toute une série de changements. Si ces changements ne sont pas correctement canalisés, ils mettent en danger les valeurs spirituelles. C’est ainsi que la roue de la quenouille entre en action (symbole de la roue de la vie, de l’évolution et de l’involution ; retour et récurrence) et tisse les fils du destin.

« Conscience endormie… Comme tu serais différente si tu t’éveillais… Tu connaîtrais les sept sentiers de la félicité. Partout, brillerait la lumière de ton Amour… » Samaël Aun Weor. La Révolution de la Dialectique.

Dès lors, la jeune fille, qui n’est autre que la conscience même du disciple, autrefois dépositaire de multiples vertus, tombe fascinée par les enchantements du monde et s’endort profondément. Cent ans doivent s’écouler (pour que le disciple cherche à nouveau son Être). C’est ainsi que l’étudiant décide de sauver sa conscience en éliminant toutes les mauvaises herbes qui obstruent son chemin, allégorie de l’élimination de l’ego et ses néfastes ramifications. Il est possible d’éveiller la conscience avec les vertus de l’amour seulement. Ainsi donc, le baiser qui réveille la jeune fille de son sommeil centenaire est la représentation de l’amour et de toute la magie qu’il possède. 

 

Le Génie piégé et la lampe merveilleuse

Le Génie piégé et la lampe merveilleuse

L’antique sagesse orientale regorge de contes imprégnés d’ésotérisme magique et de messages cachés. 

Aladin est l’un des Contes des Mille et Une Nuits et il est l’un des plus célèbres au sein de la culture moyen-orientale. Bien qu’il n’appartienne pas au recueil arabe original des Mille et Une Nuits, il est l’un des contes classiques les plus connus associés à ce recueil. C’est en fait le Français Antoine Galland qui a ajouté ce conte à cet ensemble, dans l’adaptation qu’il en a faite, après avoir entendu ce récit de la bouche du conteur chrétien maronite syrien Anṭūn Yusuf Hanna Diyāb.

Le mot « génie » vient du mot latin « genius » ; il a une racine indo-européenne « gen » qui veut dire « produire », « générer » ; il a aussi une origine arabe, « djinn » ou « jinn » ; le « djinn » est un être créé à partir de feu sans fumée, pour adorer Dieu. Le « génie » est une divinité qui veille sur chaque personne.

Dans ce conte, le génie est l’Être enfermé dans l’ego, dans une lampe (symbole de la lumière de la conscience dont le disciple a tant besoin). Cette lampe est éteinte à cause du sommeil de la conscience.

« Quand on a « l’Ego », l’essence retourne dans la bouteille, à l’intérieur de l’ego, comme dans LA LAMPE D’ALADIN ». Samael Aun Weor. La science de la méditation.

Le matériau dont la lampe à huile est faite est un métal à l’apparence sale et terne. Pour que le Génie puisse se mettre au service de l’homme, ce dernier doit nettoyer et frotter cette lampe jusqu’à ce qu’elle brille.

 

Les Alchimistes Médiévaux disaient : « Brûle tes livres et blanchis ton laiton »

Cette devise nous invite à abandonner les théories et à mettre en pratique l’élimination de l’ego, à transmuter le plomb de la personnalité en l’or de l’esprit. Ainsi, nous pouvons atteindre les richesses spirituelles que seul un Génie (notre propre Être) peut nous offrir. Cela survient lorsque nous comprenons que l’amour est le bien le plus précieux que nous pouvons posséder.

Comprendre à la lumière de la conscience tous ces enseignements anciens qui nous ont éblouis à l’enfance, en comprendre la dimension ésotérique, nous ouvrent de nouvelles perspectives d’apprentissage spirituel.

Tous ces principes éternels que l’on trouve épars dans les vieux contes traditionnels, appartiennent à la connaissance transcendantale. Les principes de cette connaissance sont transmis au moyen de cours de connaissance de soi que dispense notre institution.

Si ce sujet et d’autres sujets similaires vous intéressent, nous vous invitons cordialement à vous inscrire pour recevoir ces cours, lesquels sont totalement gratuits.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Aidez nous